Inondations 2017 : Comment, pourquoi et comment peut-on mieux se protéger?

Conférence

Quand : 27 février, 19h

Où? : 490, rue de L’Église, à L’île-Bizard

Résumé de la présentation

De manière générale, on observe une augmentation significative des désastres d’origine météorologique ou climatique depuis les années 1960s au Canada et à l’échelle mondiale. De 1980 à 2015, le nombre de catastrophes naturelles a été multiplié par trois environ à l’échelle globale dans un contexte d’accroissement marqué et rapide des températures. C’est d’autant plus vrai au Canada, où la tendance au réchauffement des températures est plus du double de la tendance globale observée depuis les années 1950s, et que ce réchauffement dans le nord du Canada, incluant le Nord du Québec, est d’environ trois fois la moyenne mondiale. Au cours des 25 dernières années, et le Québec seulement, on dénombre plus d’une trentaine d’inondations catastrophiques (soit plus d’une par année en moyenne).

Cette présentation reviendra sur l’inondation majeure du printemps 2017, dans quel contexte elle s’est produite, et dressera un portrait des changements climatiques en cours et plus particulièrement au Québec, et des liens connus entre inondations et changements climatiques. Elle permettra d’analyser quels sont les facteurs en cause, et comment ses facteurs pourront évoluer et éventuellement engendrer des nouveaux risques d’inondations majeures dans le futur, alors que le réchauffement s’accentuera. Pour finir, elle dressera un portrait des stratégies réalisables en matière de prévention, de préparation, d’intervention et de recouvrement ou de reconstruction face aux sinistres majeurs que constituent les inondations.

Présentateurs : Ursule Boyer-Villemaire et Philippe Gachon

BIOGRAPHIE des présentateurs

Ursule Boyer-Villemaire (PhD)

Ursule Boyer-Villemaire est titulaire d’un baccalauréat en géographie physique, d’une maîtrise en océanographie, et d’un doctorat en sciences de l’environnement. Elle est actuellement consultante et chercheure indépendante en environnement sur la gestion des risques et l’adaptation aux changements climatiques. Elle fournit un accompagnement et de la formation aux municipalités, certains ministères et des particuliers. Elle est en particulier spécialiste de la vulnérabilité des communautés côtières face aux impacts des changements climatiques, tant du point de vue de la géomorphologie que de la capacité d’adaptation des communautés. Elle a contribué à l’analyse d’options d’adaptation côtière et à l’élaboration de politiques publiques et programmes en sécurité civile. Elle a créé le portail Surveillance Côtière Québec pour contribuer à la science citoyenne. Elle est intervenue auprès de la municipalité et des résidents de la ville de Rigaud à la suite des inondations de 2017 (ex. options de prévention, d’adaptation et d’aménagement).

Philippe Gachon (PhD)

Philippe Gachon est Professeur d’hydro-climatologie au département de géographie, chercheur au centre ESCER (Étude et Simulation du Climat à l’Échelle Régionale) à l’UQAM, et titulaire de la chaire de recherche stratégique sur les risques hydrométéorologiques liés aux changements climatiques. M. Gachon a obtenu son doctorat en 1999 en Sciences de l’Environnement à l’UQÀM  puis réalisé un stage post-doctoral à l’Institut Maurice-Lamontagne (Pêches et Océans Canada) entre 1999 et 2002. De 2003 à décembre 2014, M. Gachon a été chercheur scientifique au centre canadien de la modélisation et de l’analyse climatique, et dans la division de recherche sur les impacts et l’adaptation à Environnement Canada. Son expertise englobe la modélisation régionale du climat, l’analyse des tempêtes et des extrêmes, le développement de scénarios climatiques à l’échelle régionale et les risques de désastres associés aux changements climatiques.

Événement Facebook à partager! : https://www.facebook.com/events/2054118621526186/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *